fiscalite belge

Epargne retraite : les charmes cachés du PERP

Il semblerait que le PERP ou plan d’épargne populaire ait enfin retrouvé grâce aux yeux des épargnants. Ce regain d’intérêt est notamment illustré par les chiffres publiés dernièrement par la Fédération de société d’assurance ou FFSA ainsi que par le Groupement des entreprises mutuelles ou GEMA. Ces chiffres font état d’une avancée d’à peu près 16 % dans la souscription de nouveaux contrats de PERP. Il et à rappeler qu’une augmentation d’environ 22 % a déjà été enregistrée quelques année auparavant. Cliquez ici pour voir toutes le les données relatives à la souscription d’épargne de ces dernières années.

Qu’est-ce que le PERP ?

Ce support peut être considéré comme un « produit tunnel ». Cela veut dire qu’il est souscrit dans le but de générer des revenus complémentaires pour renflouer son pouvoir d’achat lors de la retraite. Il est à rappeler en effet que l’épargne réalisée via ce support, est bloquée jusqu’au départ à la retraite. La sortie du capital constitué est aussi exclusivement réalisée sous la forme de rente viagère sauf dans quelques exceptions bien précises dans le contrat. Le principal problème à ce système est que les héritiers de l’épargnant ne pourront pas récupérer l’épargne réalisée si le propriétaire du compte vient à décéder peu de temps après avoir débuté les versements.

Quels sont les atouts du PERP ?

Ce support d’épargne possède des atouts indéniables qui viennent contrebalancer d’une façon significative ces inconvénients. Le principal atout étant évidemment l’avantage fiscal auquel il donne droit. Les versements réalisés pour alimenter un compte PERP, peuvent être retranchés de la part imposable de ses revenus dans la limite de 10 % de la valeur de ses revenus déclarés de l’année précédente. La possibilité de mutualisation de ce plafond de retranchement, figure également parmi ses atouts. L’économie d’impôt n’entre pas aussi dans le plafonnement des niche fiscales.