fiscalite belge
Publié le - 1030 v. -

Fiscalité du PERP

Epargner est un moyen efficace pour préparer sa retraite. Et parmi les systèmes d’épargne on retrouve le PERP. Moins populaire que l’assurance vie, il propose cependant des avantages fiscaux très intéressants notamment sur les impôts mais aussi sur chaque versement. Et même si actuellement l’assurance vie est le système d’épargne qui séduit le plus les Français, les choses bougent petit à petit et il est certain que dans les années à venir le PERP rencontrera lui aussi un franc succès. D’ailleurs le nombre de visiteurs de site comme www.choisirsonperp.com est en croissance. Alors pour les plus hésitants, nous vous donnons dans cet article les raisons de pourquoi le PERP est plus intéressant fiscalement que l’assurance vie.

Fiscalité du PERP pendant la phase d’épargne (avant la retraite)

Le PERP propose de nombreux avantages fiscaux, et contrairement à l’assurance vie dont la défiscalisation se fait à la sortie, le sien se fait en entrée.

Quand on verse de l’argent annuellement, le plafond est égal au plus élevé de ces deux montants :

- Soit 10 % des revenus professionnels, nets de cotisation et de frais professionnels avec un maximum de 8 fois le plafond annuel de la PASS,
- soit 10 % du plafond annuel de la PASS de l’année précédente. Un plafond qui est généralement destiné aux épargnants qui n’ont pas beaucoup de moyens.

Fiscalité du PERP des prestations servies (à la retraite)

Les avantages fiscaux du PERP ne se liment pas uniquement pendant la phase d’épargne, l’épargnant en bénéficiera aussi au cours même de sa retraite.
- Fiscalité sur les rentes à l’âge de la retraite
Selon la règle des droits communs, la rente viagère que l’épargnant recevra à la fin du contrat de PERP pourra être taxée à hauteur de 10 % sur la pension totale reçue. Un abattement qui est réévalué chaque année en fonction du montant maximum et minimum.

- Succession et rentes viagères
Lorsqu’un épargnant du PERP décède en cours d’épargne, la rente viagère pourra profiter à un bénéficiaire qu’il aura choisi de stipuler dans le contrat ou bien à défaut, à son conjoint. Il pourra aussi être offert sous forme de rentré d’éducation temporaire aux enfants mineurs de ce dernier. Ce qui veut dire que la rente n’intègre jamais la succession de l’épargnant. C’est-à-dire donc que l’argent versé avant les 60 ans de l’adhérant et les primes versées après ses 60 ans seront exonéré de droit de mutation par décès de l’adhérent dans la moyenne de 30 500 euros.

- Les prélèvements sociaux
La totalité des rentes viagères (ou temporaires) qui seront gagnées à la fin du PERP est soumise à des prélèvements sociaux.
• CSG à 6,6 %
• CDRS à 0,5 %
• Cotisation d’assurance maladie à 1 %